Le blog Coachazard de Bernard Sananès

26 octobre 2010

Faites vos Je avec Coachazard ! Plans séquences !

  • On peut jouer seul au jeu du Je ou en couple, ou encore entre amis, avec ou sans « un maître de jeu ».
  • Quand des « Rencontres Coachazard » sont organisées dans des librairies, des cafés littéraires ou tous autres lieux qui s’y prêtent, un(e) spécialiste des relations humaines peut faire office de maître de jeu.
  • Coachazard est aussi une support de discussion, de rencontre ou de créativité, lors de réunion professionneles.

Une séquence Coachazard peut aussi enrichirir et dynamiser un entretien individuel de coaching, de thérapie, de recrutement… En pareil cas, les protagonistes sont :

  • « Le ou les clients », c’est-à-dire la personne qui consulte ou le couple qui consulte.
  • Le maître de jeu, généralement un(e) professionnel(le) de la communication interpersonnelle.

Déroulement

1. Le maître de jeu introduit la séquence, par une première consigne : « Voici un paquet de 100 cartes Questions. Ce sont des questions sur différentes manières d’être et d’agir dans la vie quotidienne et en face de certains évènements.
Je vous invite à en tirer une au hasard et à me dire comment vous l’interprétez, comment elle vous parle ? Prenez votre temps !».

Dès lors, le maitre de jeu garde une attitude « empathique », faite de regard bienbeillant, d’écoute et d’interrogations ne visant que le développement de l’expression : résonnances, images, anecdotes, ressenti du client….

Exemple de carte tirée : « Me jeter à l’eau ou me préserver des tempêtes ? ».

A partir de là, seront abordés et plus ou moins approfondis par la personne elle-même, puis par la suite, par le maître de jeu (coach, psychologue, thérapeute, pédagogue…) :

  • les comportements d’évitement, de protection, devant les difficultés avec leurs bénéfices immédiats ou « secondaires », leurs conséquences à moyen et long termes… ;
  • les non-dits ;
  • les émotions et la manière de les vivre ;
  • le besoin d’affirmation de soi ;
  • la confiance en soi ;
  • l’estime de soi…

2. Le maître de jeu invite « le joueur » à tirer, au hasard, une carte Réponse La consigne est maintenant : « Voici un paquet de 100 cartes Réponses. Ce sont des principes psychologiques de bon sens  qui visent le mieux-être ou la résolution de problèmes relationnels ou existentiels.
Je vous invite à en tirer une au hasard et à me dire, comme vous l’avez fait précédemment avec la carte Question, ce qu’elle vous évoque, comment vous la comprenez et si elle a un rapport avec ce que vous vivez actuellement».

Le maître de jeu pratiquera l’écoute active et empathique comme précédemment.

Exemple de carte tirée : « Occupe-toi beaucoup de la personne que tu rêves d’être, mais davantage de la personne que tu es en réalité. Aujourd’hui, je m’aime avec mes défauts ! ».

 Seront, abordés et plus ou moins approfondis par la personne elle-même, puis par la suite, par le maître de jeu  :

  • le devoir, le perfectionnisme ;
  • l’acceptation de soi ;
  • le lâcher-prise ;
  • La bienveillance envers soi-même…

3. Le maître de jeu invite dans la troisième phase de la séquence, à trouver un lien entre la carte Question et la carte Réponse.

C’est la phase la plus intéressante, la plus créative : un moment fort d’analyse où l’on va chercher dans son présent, son passé et son avenir ce qui relie la carte Question et la carte Réponse et donner du sens à ce lien. Ce sera le moment magique des révélations, l’instant instant où se construisent les motivations de changement.

A vous de jouer !
Si vous étiez « le personnage principal » de cette partie de Coachazard, que diriez-vous ? Quelles associations, quels croisements, quelles rencontres, quelles interférences pourriez-vous concevoir en rapport avec les évènements de votre vie actuelle ?
Une piste : « Il y a urgence à revisiter sa mauvaise conscience ».

« Connais-toi toi-même »
avec Coachazard de Bernard Sananès
cliquer pour avoir la page sur Amazon
http://www.amazon.fr/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C5M%C5Z%D5%D1&url=search-alias%3Daps&field-keywords=Coachazard+Bernard+Sanan%E8s&x=13&y=18

Publicités

24 octobre 2010

Découverte de COACHaZard par Mireille Vergucht

Filed under: COACHaZard Le jeu du Je !,Témoignage — Jan Widger @ 13:31
Tags: , ,

Octobre 2010, j’anime une formation en développement personnel et gestion du stress : 12 participants .
Et voilà les cartes devenues outils de présentation.
Consigne :  » Vous tirez deux cartes, une de chaque couleur, vous les utilisez pour vous présenter au groupe.  J’aimerais que vous établissiez un dialogue entre les cartes, qui vous serve de fil conducteur dans la démarche de partage avec le groupe. Soyez gentil et doux avec vous-même.
Dites aussi vos attentes pour cette journée de formation. Restez en lien avec les phrases qui sont devant vous. »

Passé l’effet de surprise, chaque participant a trouvé l’idée intéressante et a adoré l’esprit ludique du procédé. Le hasard ne semblait pas en être un puisque, pour beaucoup, les cartes apparaissaient comme évidentes « ici et maintenant » dans la démarche qu’ils souhaitaient entreprendre. Tous se sont approprié les textes en écho avec leurs préoccupations, leurs désirs de changement et leurs difficultés actuelles. Moment magique.

A la fin de la formation, les participants ont eu pour consigne de choisir une nouvelle carte de l’une ou l’autre couleur, au choix et de tirer les conclusions des deux journées de travail. Puis, d’écrire, pour eux-mêmes, les pistes de changements en lien avec ce qu’ils avaient partagé.

Tous ont alors été frappés de voir l’incroyable correspondance entre ce qu’ils éprouvaient et la carte tirée au « hasard ».Mireille Vergucht, formatrice et coach en développement personnel
Bruxelles, octobre 2010

« Connais-toi toi-même »
avec Coachazard de Bernard Sananès
cliquer pour avoir la page sur Amazon
http://www.amazon.fr/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C5M%C5Z%D5%D1&url=search-alias%3Daps&field-keywords=Coachazard+Bernard+Sanan%E8s&x=13&y=18

23 octobre 2010

Les deux cartes du jour au jeu du Je !

Que peut-on dire de cette  carte-question ?
Demander ou donner ? Demander, n’est pas facile pour ceux qui n’osent pas : déranger, mettre les autres à contribution, prendre le risque d’un refus…
Pour d’autres, c’est donner à penser qu’ils ne sont pas malins, qu’ils ne savent pas s’en sortir tout seul, qu’ils se comportent en « assistés »…
Et puis il y a la gratitude qu’il faudra montrer et conserver et « la dette » à rembourser.
On ne pense pas assez que les personnes que nous sollicitons peuvent avoir du plaisir à rendre service.
C’est en suivant cette logique, que nous préférons donner !
L’équité reste à recevoir autant que nous avons donné : non pas tant en quantité de don qu’en qualité d’attention ! Sans cette équité certains pourraient  constater amèrement qu’ils donnent beaucoup et reçoivent assez  peu en retour.!
Il y a un temps pour tout : un temps pour prendre, un temps pour recevoir, un temps pour donner, un autre pour demander, un temps pour aider et un autre pour se faire aider ! C’est comme pour une bonne alimentation ! C’est l’équilibre qui compte !

Que peut-on dire de cette carte-réponse ?
L’expression « être au pied du mur » signifie ne plus pouvoir reculer devant une situation redoutée, devoir y faire face absolument. Cette expression vient elle-même de : « être au pied du mur sans échelle » (milieu du XVIème siècle) avec pour conséquence de se trouver coincé(e), dans l’impasse, impuissant(e), faute d’avoir les ressources nécessaires pour franchir l’obstacle, faute de s’y être préparé(e).

Le principe Coachazard « Construis ton échelle avant de te trouver au pied du mur » vient de là. C’est, en somme, une contraction positive de ces deux dernières variantes qui débouche sur l’incitation à l’action : « Aujourd’hui je renforce mes capacités ».
Avec pour corollaire, les questions suivantes : Comment ? Que vais-je faire pour cela ? Comment procéder ? Par quoi commencer ?

Ainsi devant un problème ou une responsabilité, il est bon de posséder quelques outils, quelques aptitudes, quelques compétences, des savoir-faire pour se faciliter la tache.
On peut aussi penser que l’on s’est déjà maintes fois esquivé devant le problème ! Qu’il est maintenant temps de s’y confronter !
Comme nous connaissons tous de telles échéances il conviendra :

  • de faire la liste de nos « situations inachevées » : autrement dit, de nos divers sujets de préoccupation, en suspens.
  • pour chacun d’eux, de recenser les « outils », « les leviers » permettant leur résolution immédiate ou progressive.
  • d’apprendre à les utiliser, seul(e) ou en se faisant aider.
  • de parvenir à avoir l’embarras du choix : des moyens, des ressources, des solutions.

Mais on peut toujours attendre d’être au pied du mur, pour improviser !

Traduction de l’expression en anglais :  Have one’s back to the wall !

Les résonnances que pourraient avoir pour vous, ces deux cartes tirées au hasard, nous intéressent. Est-ce qu’elles vous parlent personnellement ? S’il vous est agréable de partager, alors… !

« Connais-toi toi-même »
avec Coachazard de Bernard Sananès
cliquer pour avoir la page sur Amazon
http://www.amazon.fr/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C5M%C5Z%D5%D1&url=search-alias%3Daps&field-keywords=Coachazard+Bernard+Sanan%E8s&x=13&y=18

21 octobre 2010

Ajoutons des bémols à nos idées toutes faites

Les évènements que nous vivons laissent des traces sur nous, plus ou moins profondes, plus ou moins vives  : sur notre esprit, sur notre corps, sur notre humeur, sur notre santé, sur notre avenir… Cet impact est déterminé par notre manière d’accueillir ces évènements : de les recevoir, de les lire, de les interpréter, de traiter ce que nous en percevons !
On peut s’entrainer par une gymnastique de l’esprit, à assouplir ses pensées.

Voici un exercice de développement personnel, à pratiquer seul(e) ou entre amis. Il consiste à prolonger des affirmations par des propos modérateurs. Par exemple :

  • Je n’ai pas confiance en moi, mais… :
  1. mais à bien y réfléchir, il y a des domaines où je me débrouille assez bien ;
  2. mais je ne suis certainement pas le seul dans ce cas ;
  3. mais je me soigne ;
  4. mais les autres, trop préoccupés par leurs complexes personnels ne le voient peut-être pas ;
  5. mais je m’aime bien quand même ;
  6. mais de même qu’un strabisme prend parfois le nom de « coquetterie dans l’œil », mon manque d’assurance pourrait bien passer pour une certaine réserve séduisante.

Dans ce jeu, les différents « mais », ces arguments trouvés qui contredisent ou adoucissent l’affirmation de départ, sont des bémols. Chaque joueur marque autant de points que de bémols trouvés. L’humour est recommandé ! L’exemple ci-dessus vaudrait six bémols.

Voici d’autres propositions qui, pourraient mériter d’être revisitées.

  • Je n’aime pas parler en public, mais …
  • Cette personne m’est antipathique, mais…
  • Je suis timide, c’est handicapant mais…
  • Je me pose beaucoup trop de questions, mais…
  • Son esprit de contradiction m’irrite, mais…
  • Il m’a fait des critiques blessantes, mais…
  • Je suis le roi des fainéants, mais…
  • Je me regarde souvent le nombril, mais…

Faites-nous part de vos « bémols » ! Bonne gymnastique !
Cet exercice est tiré de « Devenir acteur de sa vie ; Bernard Sananès ; InterEditions.

« Connais-toi toi-même »
avec Coachazard de Bernard Sananès
cliquer pour avoir la page sur Amazon
http://www.amazon.fr/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C5M%C5Z%D5%D1&url=search-alias%3Daps&field-keywords=Coachazard+Bernard+Sanan%E8s&x=13&y=18

 

15 octobre 2010

Clés pour comprendre la méthode CLERE (1)

Les cinq expertises CLERE seront intentionnement activées dès que la communication entre deux personnes n’est plus   en « zone d’équilibre relationnel » : zone de non-stress.  Le non stress est défini, dans la conception CLERE, comme un état de bien-être conditionné par une suffisante satisfaction des besoins entre les deux personnes qui communiquent.

Les cinq expertises ne sont que théoriques. En réalité, il n’existe qu’une seule expertise opérationnelle : celle qui réalise la fusion des cinq expertises théoriques. Autrement dit, une seule expertise que ce soit, la Conscience, la Liberté, l’Expressivité, la Réciprocité ou l’Exactitude, vient à manquer dans toute séquence relationnelle, et patatra !, la relation se casse la gueule ! On sort de la zone d’équibre pour entrer en position « Dominante » ou « dominée », puisque :

  • Sans Conscience, il n’y a pas de lecture possible des déséquilibres naissants chez l’un ou l’autre des interlocuteurs : on ne voit pas, on entend pas, on ne sent pas les signaux de tension qui conduiront, si rien n’est fait, au rapport « Dominant/dominé ».
  • Sans Liberté, on n’a pas la possibilité d’apporter une satisfaction suffisante à ses  besoins : il y aura  frustration, rancune, réaction d’affontement…  Sans Liberté, c’est trop pour l’autre et pas assez pour soi. Déséquilibre !
  • Sans Expressivité, on ne sait pas calmer ses émotions, on ne sait pas réduire ses tensions physiques. La communication non verbale (celle du corps) et paraverbale (celle des intonations, du débit des mots , de l’intensité sonore…) sont sous pression et l’equibre est menacé. Les conséquences : une réactivité en cascade !
  • Sans Réciprocité, pas assez d’attention aux besoins des autres, pas de modération  de sa propre  Liberté ! Sans Réciprocité , c’est trop pour soi et pas assez pour l’autre ! Déséquilibre !
  • Et enfin sans Exactitude, c’est l’objectivité qui vient à manquer, c’est la porte ouverte aux malentendus, à l’incompréhension, aux dissonnances, et en conséquences aux tensions.

Ainsi nous sommes CLERE ou nous ne le sommes pas : la communication entre, de facto, en zone de turbulence. Ce qui s’énonce ainsi : en toutes situations il n’y a que trois positions relationnelles, seulement trois !

13 octobre 2010

Cinquième test CLERE : l’Exactitude

Le modèle CLERE est composé de cinq aptitudes, appelées aussi expertises ou dimensions. La Conscience est la première de celles-ci. La Liberté, la deuxième. L’Expressivité, la troisième. La Réciprocité la quatrième. L’Exactitude, la cinquième.

Après avoir évalué, ci-dessous,  les  dimensions  Consciente, Libre, Expressive et Réciproques, explorez maintenant votre Exactitude. Notez de 0 à 10,  les 10 aptitudes suivantes.  (0 = Non, pas du tout ; 10 = Oui, absolument ). Faites votre addition. Vous obtenez une note sur 100.

  1. Je prépare ce que j’ai à dire, quand ce n’est pas simple à dire.
  2. Au moindre doute sur le sens des mots, je demande une clarification.
  3. J’attends quelques secondes quand mon interlocuteur a fini de parler , avant de m’exprimer à mon tour.
  4. J’écoute en cherchant à comprendre ce que l’on me dit et ce que l’on voudrait me dire.
  5. Je m’abstiens d’interrompre même si j’ai très vite compris.
  6. Avant de poursuivre mon raisonnement je m’assure d’avoir été compris(e).
  7. Je fais des phrases courtes.
  8. Je m’interromps lorsque je sens que mon interlocuteur veut intervenir.
  9. Je vérifie que j’ai bien compris ce que me dit mon interlocuteur en reformulant.
  10. Je recherche la  précision, la clarté. 

Autour de 75 de moyenne, vous avez les aptitudes nécessaires pour éviter les malentendus. Votre communication est fiable. Autour de 60, vous gagnerez à être plus précis et à écouter plus objectivement. Autour de 50, votre communication souffre probablement d’un stress excessif qui réduit vos possibilités.

Si vous avez une note inférieure à 5, à une ou plusieurs de ces 10 propositions, je veux bien répondre aux questions que vous vous posez sur les moyens d’y remédier.

Ce test est tiré de l’ouvrage « La communication efficace » ; Bernard Sananès ; éditions Dunod. Pour en savoir plus sur la méthode CLERE : www.clere.fr

« Connais-toi toi-même »
avec Coachazard de Bernard Sananès
cliquer pour avoir la page sur Amazon
http://www.amazon.fr/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C5M%C5Z%D5%D1&url=search-alias%3Daps&field-keywords=Coachazard+Bernard+Sanan%E8s&x=13&y=18

12 octobre 2010

Quatrième test CLERE : la Réciprocité

Le modèle CLERE est composé de cinq aptitudes, appelées aussi expertises ou dimensions. La Conscience est la première de celles-ci. La Liberté, la deuxième. L’Expressivité, la troisième. La Réciprocité la quatrième. L’Exactitude, la cinquième.

Après avoir évalué, ci-dessous,  les  dimensions  Consciente, Libre et Expressive, explorez maintenant votre Réciprocité. Notez de 0 à 10,  les 10 aptitudes suivantes.  (0 = Non, pas du tout ; 10 = Oui, absolument ). Faites votre addition. Vous obtenez une note sur 100.

  1. Etes-vous de ceux dont l’abord est agréable, ouvert(e), bienveillant(e), souriant(e) ? Offrez-vous à vos interlocuteurs les meilleures conditions de bien-être ?
  2. Répondez-vous favorablement à une demande d’aide, êtes-vous sensible à leurs  besoins, cherchez-vous à savoir ce qu’ils attendent de vous ?
  3. Offrez-vous à vos interlocuteurs les meilleures conditions de liberté d’expression : une réelle disponibilité, une réelle écoute ? Comprenez-vous qu’ils puissent vous dire « non » ?
  4. Etes-vous respectueux(se) des personnes, de leur identité, de leur différence ? Portez-vous un regard positif sur les autres, cherchez-vous à comprendre  leurs réactions, leurs logiques, leurs désirs, ce qui est important pour eux ?
  5. Trouvez-vous normal qu’ils puissent ne pas être d’accord avec vous, qu’ils puissent contester votre point de vue ?
  6. Cherchez-vous à ne pas être source de problèmes pour les autres?
  7. Faites-vous preuve de tact quand vous leur faites une remarque, une critique, une remontrance ?
  8. Etes-vous capable d’indulgence s’il leur arrive de ne pas se comporter comme vous l’auriez souhaité ?
  9. Vous abstenez-vous de porter des jugements de valeur sur les gens ? Vous dites-vous que vous ne détenez pas la vérité et qu’il vaut mieux vous en tenir à une recherche d’explication de la manière dont ils se comportent ?
  10. Les traitez-vous, généralement, au moins aussi bien que vous souhaitez qu’ils vous traitent en ne cherchant pas à les dominer, les dévaloriser ?

Décomptez vos points. Le total vous permet d’évaluer votre « Sociale attitude ».

Si vous avez une note inférieure à 5, à une ou plusieurs de ces 10 propositions, je veux bien répondre aux questions que vous vous posez sur les moyens d’y remédier.

Ce test est tiré de l’ouvrage « La communication efficace » ; Bernard Sananès ; éditions Dunod. Pour en savoir plus sur la méthode CLERE : www.clere.fr

« Connais-toi toi-même »
avec Coachazard de Bernard Sananès
cliquer pour avoir la page sur Amazon
http://www.amazon.fr/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C5M%C5Z%D5%D1&url=search-alias%3Daps&field-keywords=Coachazard+Bernard+Sanan%E8s&x=13&y=18

11 octobre 2010

Troisième test CLERE : l’Expressivité

Le modèle CLERE est composé de cinq aptitudes, appelées aussi expertises ou dimensions. La Conscience est la première de celles-ci. La Liberté, la deuxième. L’Expressivité, la troisième. La Réciprocité la quatrième. L’Exactitude, la cinquième.

Après avoir évalué, ci-dessous,  les  dimensions  « Consciente » et « Libre », explorez maintenant votre Expressivité. Notez de 0 à 10,  les 10 aptitudes suivantes.  (0 = Non, pas du tout ; 10 = Oui, absolument ). Faites votre addition. Vous obtenez une note sur 100.

  1. Je vis l’instant présent. Je prends mon temps, je me pose  et je savoure ce que je suis en train de faire. Je ne suis pas du genre : « Vite, vite, vite !»
  2. Quand je me promène je m’imprègne de ce que je vois, de ce que je sens, de ce que je touche, de ce qui me touche. 
  3. Je m’accorde des moments d’expression « animale » : étirements, trémoussements, bâillements bruyants,  grimaces, pitreries…
  4. Je m’accorde des moments d’insouciance, de lâcher prise, de détachement, pour me retrouver au calme avec moi-même.
  5. Je donner de la liberté à mon corps, de l’expression et du mouvement à l’occasion de fêtes, de jeux, de danse, de chant ou sur une scène.
  6. Je sais me relaxer et crois pouvoir visualiser des situations difficiles (prise de parole en public, confrontations, affrontements…) afin de les apprivoiser.
  7. Je sens nettement le clapet de ma cocotte minute  qui m’avertit du danger « de trop prendre sur moi », d’une pression qui s’accumule.
  8. Je chante, je ris, spontanément, et je pleure, sans aucune gêne, devant un bon mélodrame.
  9. J’expulse mes tensions par le mouvement, le souffle et la dépense physique.
  10. Je sais faire face au regard de mes interlocuteurs, en « respirant bien » mes émotions. 

Résultats : A partir de 75, vous avez un score qui laisse supposer que vos relations avec les autres sont plutôt sereines. En dessous, surveillez votre « cocotte minute » et apprenez à réduire la pression, sans attendre : détente, respiration, expression corporelle et verbale sont des moyens sûrs.

Si vous avez une note inférieure à 5, à une ou plusieurs de ces 10 propositions, je veux bien répondre aux questions que vous vous posez sur les moyens d’y remédier.

Ce test est tiré de l’ouvrage « La communication efficace » ; Bernard Sananès ; éditions Dunod. Pour en savoir plus sur la méthode CLERE : www.clere.fr

« Connais-toi toi-même »
avec Coachazard de Bernard Sananès
cliquer pour avoir la page sur Amazon
http://www.amazon.fr/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C5M%C5Z%D5%D1&url=search-alias%3Daps&field-keywords=Coachazard+Bernard+Sanan%E8s&x=13&y=18

8 octobre 2010

La reconnaissance de soi avant la reconnaissance d’autrui.

Auto-gestion du blog ! Charles Merchin aime partiper et, moi j’aime bien sa pensée et sa prose ! C’est pourquoi, je déclare ouverte « La chronique libre et réjouissante! ». Si le coeur vous en dit… faites comme lui, osez, écrivez… pas seulement un commentaire (toujours bienvenu!) mais plus encore « un billet », un joli billet d’une valeur inestimable : celle de la recontre et du plaisir ! Moi, je me tairai, me contentant de
composer l’illustration ! Je lui cède la parole :

Picasso avait répondu « toute une vie » à la personne qui lui demandait combien de temps il avait mis pour peindre une toile accrochée à un vernissage.
Chacun de nos actes, chacune de nos pensées est le reflet de tout ce que nous avons vécu jusqu’à l’instant où nous agissons, où nous nous exprimons.
Nous pensons être le porte-parole de la vérité et de la raison mais en fait, nous ne faisons que témoigner de notre passé.
« On ne désire pas les choses parce qu’elles sont belles, mais c’est parce qu’on les désire qu’elles sont belles. » remarquait Spinoza, soulignant ainsi le fait que nos jugements de valeur ne dépendaient pas des qualités de l’objet ou du sujet jugé mais de la vie du juge et de son histoire personnelle.
Ce point de vue prend tout son sel quand nous sommes en relation, parfois conflictuelle, avec autrui. Il ne s’agit fort heureusement pas toujours de conflit violent, mais même dans les petits agacements entre amis collègues ou collaborateurs, chacun se sent trop souvent mis en cause à titre personnel. L’autre aussi à une histoire et il pense, en toute bonne foi,
défendre un point de vue objectif alors qu’il ne fait que se défendre soi-même face aux peurs, au manques de son histoire personnelle.
Ainsi dans toute relation y a-t-il toujours, et hélas c’est ce qui fait la violence du lien, un affrontement vécu comme le combat de la vérité et du mensonge, du bien et du mal alors qu’il ne s’agit, et la paix serait plus répandue dans le monde, que de la confrontation de deux histoires chacune étant aussi légitime que l’autre.
Reconnaître que nous sommes, en partie, le fruit de notre histoire nous permettrait de rencontrer l’autre dans un climat de respect mutuel, comme il le faudrait quand deux histoires se croisent. Ce n’est plus ma vérité contre
ton mensonge ; mes peurs contre les tiennes mais nos espoirs réunis et nos forces associées.
La reconnaissance de soi est un préalable à la reconnaissance d’autrui.
Charles Merchin
0660767731
www.charles-merchin.com

« Connais-toi toi-même »
avec Coachazard de Bernard Sananès
cliquer pour avoir la page sur Amazon
http://www.amazon.fr/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C5M%C5Z%D5%D1&url=search-alias%3Daps&field-keywords=Coachazard+Bernard+Sanan%E8s&x=13&y=18

Deuxième test CLERE : la Liberté

Le modèle CLERE est composé de cinq aptitudes, appelées aussi expertises ou dimensions. La Conscience est la première de celles-ci. La Liberté, la deuxième. L’Expressivité, la troisième. La Réciprocité la quatrième. L’Exactitude, la cinquième.

Après avoir évalué la dimension « Consciente », explorez maintenant votre Liberté d’expression. Notez de 0 à 10,  les 10 aptitudes suivantes.  (0 = Non, pas du tout ; 10 = Oui, absolument ). Faites votre addition. Vous obtenez une note sur 100.

  1. Etes-vous capable d’exprimer votre mécontentement, si les autres en prennent « trop à leur aise » ? Si leur comportement vous déstabilise, êtes-vous capable de le leur signaler ?
  2. Vous permettez-vous de demander de l’aide aux membres de votre entourage, exprimez-vous vos besoins, leur dites-vous ce que vous attendez d’eux ?
  3. Etes-vous capable de mettre des limites à la liberté d’expression que vous leur offrez si celle-ci se retourne contre vous ou de dire « non », si c’est votre intérêt ?
  4. Etes-vous capable, en cas de nécessité, d’exprimer votre besoin d’être respecté(e), dans vos idées, vos choix, votre manière de vivre ? Etes-vous capable de leur demander, s’il le faut, d’avoir envers vous une attitude compréhensive en rapport avec la vôtre ?
  5.  Vous sentez-vous tout à fait libre d’exposer tranquillement vos opinions même quand celles-ci se heurtent à la contradiction ?
  6. Savez-vous faire ce qu’il faut, en en parlant, pour que les autres ne soient pas source de problèmes pour vous ?
  7. Savez-vous leur demander de vous ménager et d’user de tact quand ils vous disent des choses qui peuvent vous déplaire ?
  8. Sauriez-vous vous montrer plus ferme s’il venait aux autres de confondre votre gentillesse avec de la faiblesse ?
  9. Vous sentez-vous libre d’exprimer votre mécontentement, votre agacement,  s’ils se permettent de vous juger, s’ils ne cherchent pas à comprendre pourquoi vous dites ce que vous dites ou vous faites ce que vous faites ?
  10. Etes-vous capable, en général, de parler de vous, de livrer vos sentiments, vos émotions, de faire connaître votre différence ?
Résultats : 75 est un bon score. Si votre note est bien au-dessous, vous fabriquez plus ou moins d’insatisfactions, de frustrations, d’amertume ou de colères rentrées.
Si vous avez une note inférieure à 5, à une ou plusieurs de ces 10 propositions, je veux bien répondre aux questions que vous vous posez sur l’interprétation à en donner.

Ce test est tiré de l’ouvrage « La communication efficace » ; Bernard Sananès ; éditions Dunod. Pour en savoir plus sur la méthode CLERE : www.clere.fr

« Connais-toi toi-même »
avec Coachazard de Bernard Sananès
cliquer pour avoir la page sur Amazon
http://www.amazon.fr/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C5M%C5Z%D5%D1&url=search-alias%3Daps&field-keywords=Coachazard+Bernard+Sanan%E8s&x=13&y=18

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.