Le blog Coachazard de Bernard Sananès

6 avril 2016

Pratiquer l’autodérision.

Filed under: COACHaZard Le jeu du Je ! — Jan Widger @ 09:46

L’autodérision ! Le pouvoir de rire d’abord ! Se permettre de rire des autres ensuite ! S’amuser de ses travers et contradictions enfin ! A condition de ne pas considérer la perfection comme l’objectif « sacré » d’une vie (pour soi et les autres) mais au contraire s’en méfier et s’en détacher.

Avez-vous remarqué que nous sommes tous portés à sourire ou même rire quand on pointe du doigt notre mauvaise foi ou l’insistance que nous mettons à nier l’évidence. D’un air de dire : « Bon tu as gagné, je me suis entêté, j’ai voulu cacher mes insuffisances, mes petits mensonges. Mais j’avoue, c’était ridicule, je le reconnais, sans pour autant m’en mortifier ».

Ce rire est une prise de conscience d’un comportement puéril, peu digne de l’image lisse que l’on veut donner de soi. « Allez bon, vous venez de voir quelques-uns de mes petits défauts; je n’en suis pas très fier(e) ! N’en faisons pas un chocolat ! Soyons complice ! »

Nous avons oublié que nous jouons à être « des adultes sérieux-sérieux » un peu coincés. C’est l’enfant rigolard qui reste en nous qui nous rappelle que nous JOUONS à être ceci ou cela… et que parfois nous en sommes fatigués ! Alors rire de soi est une façon de lâcher prise : « Allez !  Je ne suis pas parfait(e) ! Je me l’avoue, je vous l’avoue et finalement, ça me fait du bien d’en convenir ».

Ceci étant dit, comment multiplier les occasions de rire, et de rire de soi ?
Je tombe, je m’affale, les gens autour de moi rient ! Une chute c’est toujours drôle ! Soit j’en ai honte soit j’en ris avec eux !

Voilà que vous vous mettez à  bafouiller. Vous avez honte  Choisissez volontairement de trébucher encore plus sur les mots, jusqu’au bégaiement pour en rire. Comme le font les comédiens. Les bêtisiers à la télé en sont friands.

Il faut avoir une suffisante confiance en soi pour cet exercice.

Ce qui veut dire qu’une des conditions majeures de l’autodérision est le confiance en soi. Ce qui se traduit ainsi. « Ce n’est pas parce que je ris avec vous de mes imperfections, de mes contradictions ou d’autres petites travers que je me déprécie. Au contraire j’ai suffisamment de forces positives en moi pour considérer cela comme une excellente disposition d’esprit ».

Un conseil : polarisez- vous davantage sur vos qualités que sur vos défauts ! Et demandez à vos qualités de dialoguer, de débattre avec vos défauts, pour relativiser tout cela !

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.